Rhinoplastie ratée: Que faire?

Rhinoplastie ratée

La rhinoplastie, tout comme la liposuccion et l’augmentation mammaire, occupe une place prépondérante parmi les interventions de chirurgie esthétique les plus fréquemment pratiquées à l’échelle mondiale.

L’intervention visant à remodeler ou redimensionner le nez est devenue de plus en plus populaire, offrant la possibilité d’obtenir un profil esthétique attrayant. Cependant, il arrive parfois que le résultat esthétique escompté ne soit pas atteint, conduisant à ce que l’on qualifie de “rhinoplastie ratée”. Une rhinoplastie est considérée comme ratée lorsque le résultat de la chirurgie ne correspond pas aux attentes du patient.

Suite à une première rhinoplastie esthétique décevante, il est maintenant envisageable d’opter pour une seconde intervention corrective, celle-ci pouvant être réalisée 12 mois après la première procédure. Ce processus offre une opportunité de rectification et d’ajustement afin d’atteindre les résultats esthétiques souhaités.

Narine obstruée après une rhinoplastie: Que faire?

Après une rhinoplastie, il n’est pas rare de se retrouver avec une narine obstruée, une préoccupation que de nombreux patients partagent. La première étape pour faire face à cette situation est de consulter son chirurgien afin d’évaluer la perméabilité des voies aériennes et l’état des muqueuses nasales.

Dans la majorité des cas, l’obstruction résulte d’un œdème des muqueuses nasales, qui tend à se résorber naturellement sans nécessiter de traitement spécifique. Cependant, si un obstacle persiste dans les voies aériennes après l’intervention, une approche diagnostique plus approfondie est entreprise, impliquant la réalisation d’un scanner du massif facial. Ce processus permet d’établir un diagnostic précis et de déterminer la meilleure stratégie thérapeutique à suivre.

Qu’est-ce qu’une rhinoplastie ratée ?

La rhinoplastie esthétique, lorsqu’elle ne produit pas les résultats escomptés, peut être qualifiée de “ratée”. Cette déception découle généralement d’une discordance entre le résultat obtenu et l’apparence souhaitée du nez post-intervention, présentant encore quelques imperfections.

Du point de vue psychologique, une rhinoplastie décevante peut être vécue comme un échec, bien que la disgrâce soit souvent réversible sur le plan physique. Les défauts identifiés peuvent varier, allant de ceux facilement corrigibles à ceux nécessitant des reconstructions plus complexes. En somme, une rhinoplastie ratée déçoit à plusieurs niveaux.

Plusieurs scénarios peuvent expliquer une rhinoplastie décevante :

  1. Les attentes du patient étaient peut-être irréalistes, laissant place à des espoirs impossibles à satisfaire, souvent dus à une mauvaise communication des possibilités techniques par le chirurgien.
  2. Des décisions techniques inappropriées ont été prises pendant l’intervention.
  3. Les processus de cicatrisation peuvent altérer la forme du nez, impliquant divers mécanismes tels que la rupture ou le dénouement de points de suture, la formation de fibrose cicatricielle, le déplacement du soutien cartilagineux, la reprise d’une force élastique tissulaire à sa position initiale, des traumatismes directs accidentels, et la création d’irrégularités par la cicatrisation osseuse ou cartilagineuse sous la peau.

Solution rhinoplastie ratée: Retouche ou rhinoplastie secondaire ?

Lorsque la satisfaction suite à une rhinoplastie n’est pas au rendez-vous, ou qu’un défaut visuel persiste, il est alors envisageable d’opter soit pour une retouche, soit pour une rhinoplastie secondaire.

Le processus demeure constant :

Il est recommandé d’attendre une période d’un an, permettant ainsi aux tissus nasaux de devenir robustes et exempts de tout processus cicatriciel.

Un scanner peut s’avérer nécessaire pour évaluer les voies respiratoires, l’état du septum, et les possibilités de prélèvement de cartilage septal.

Le plan chirurgical doit détailler précisément les objectifs de l’intervention :

  • Dos du nez : Retirer une bosse résiduelle, affiner la forme, traiter une déviation, combler un creux, traiter une irrégularité
  • Pointe du nez : Affiner la pointe, remonter la pointe , traiter une déviation, combler un creux, traiter une asymétrie, traiter une irrégularité
  • Narines et columelle : Remonter la columelle, traiter une rétraction narinaire, traiter une asymétrie narinaire, traiter une irrégularité

Les résultats se manifestent progressivement sur une période d’un à deux ans, compte tenu de la complexité et de la durée des processus cicatriciels.

Qu’est-ce que la rhinoplastie secondaire ?

La rhinoplastie secondaire représente une intervention visant à corriger les défauts du nez, impliquant une ré-intervention structurelle pour remédier et ajuster les imperfections résultant d’une rhinoplastie initiale décevante. L’objectif ultime est d’atteindre une harmonie faciale améliorée.

Concrètement, les demandes de rhinoplastie ratée les plus fréquentes concernent souvent la correction de la bosse du nez, une pointe tombante ou excessivement projetée, une largeur nasale excessive, voire une apparence trop pincée, ainsi que des narines trop longues ou trop larges.

Il est important de souligner qu’il n’y a pas de limite d’âge spécifique pour cette intervention, pourvu que la peau présente une élasticité suffisante afin d’obtenir des résultats esthétiques de qualité. La rhinoplastie secondaire offre ainsi une opportunité de rétablir l’harmonie du visage et de corriger les défauts résiduels après une rhinoplastie initiale insatisfaisante.