Est-ce que l’abdominoplastie fait mal ?

abdominoplastie douleur

Contrairement à d’autres procédures de chirurgie esthétique, l’abdominoplastie engendre des sensations douloureuses plus marquées, principalement en raison de la zone d’intervention plus étendue et du resserrement des muscles abdominaux effectué au cours de la procédure. Cet acte chirurgical peut entraîner des douleurs persistantes, notamment deux mois après l’abdominoplastie. Pour minimiser ces inconforts, il est impératif d’adopter des mesures essentielles visant à soulager les douleurs postopératoires de cette intervention abdominale.

Douleur après abdominoplastie : Impact de l’étendue de l’intervention sur l’expérience postopératoire

L’abdominoplastie, selon son envergure, génère des douleurs variables chez les patients. Certaines procédures incluent une liposuccion mineure autour du nombril, tandis que d’autres, plus complexes, intègrent une liposuccion du ventre associée au traitement du diastasis, visant à retendre les muscles abdominaux. L’excès de peau est également retiré pour garantir un résultat optimal. La douleur postopératoire suite à une abdominoplastie diffère considérablement en fonction des actes réalisés.

Pendant l’intervention, le patient ne ressent aucune douleur grâce à l’anesthésie générale. Afin d’atténuer les douleurs en salle de réveil, notamment après des interventions musculaires, un cathéter est utilisé pour diffuser un anesthésique local près des cicatrices. Après 24 à 48 heures, cette diffusion est remplacée par un antalgique, dont la dose est ajustée en fonction du patient et de l’intensité de la douleur.

Post-hospitalisation, les douleurs liées à l’abdominoplastie sont généralement considérées comme supportables, comparables à une simple courbature des muscles abdominaux.

Gestion de la douleur après abdominoplastie complète

La douleur est une composante inévitable de l’abdominoplastie, en particulier lorsqu’il s’agit d’une intervention complète avec plastie abdominale et transposition ombilicale. En effet, le retrait de la peau et des tissus adipeux est généralement plus conséquent dans ce contexte, accompagné d’un décollement sous-cutané plus marqué. Cela explique la prolongation de la période de fatigue, pouvant s’étendre de 4 à 7 jours.